Google Pay : comment ça marche ?

Google Pay : comment ça marche ?

Après Apple et Samsung, Google est le 3e géant du numérique à se lancer en France sur le marché du paiement mobile, chez Boursorama et N26 notamment. A qui s’adresse ce nouveau wallet ? Et comment fonctionne-t-il ?

Depuis ce matin, mardi 11 décembre 2018, la France est devenue le 29e pays à accueillir Google Pay, le service de paiement mobile embarqué sur les smartphones Android. Le portefeuille électronique – ou wallet – du géant californien rejoint ainsi ceux d’Apple et de Samsung, déjà lancés dans l’Hexagone, ainsi que Paylib, la solution des banques françaises.

Sur le papier, ces trois applications de paiement mobile sont très proches. Leur promesse : régler des achats sans contact en magasin avec son smartphone plutôt qu’avec sa carte bancaire. Ils se différencient toutefois à la marge, en termes de déploiement, d’acceptation et de services.

Ma banque propose-t-elle Google Pay ?

Ce sera sans doute une déception pour nombre d’usagers : aucun des grands réseaux bancaires français ne fait partie des enseignes compatibles avec Google Pay. Même les enseignes du groupe BPCE (Caisses d’Epargne et Banque Populaires), pourtant annoncées partantes en mars dernier, sont absentes de ce lancement. La seule banque française déjà enrôlée est donc une banque 100% en ligne : Boursorama. Elle devient du même coup la seule à donner à ses clients l’accès aux 3 principales plateformes de paiement en ligne : outre Google Pay, Apple Pay (depuis mars) et Samsung Pay (depuis fin novembre).

Via le réseau d’acceptation MasterCard, quelques nouveaux acteurs affichent également leur compatibilité à Google Pay : la néobanque allemande N26, les comptes de paiement Revolut et Lydia, le services de paiement Boon et le spécialiste des titres restaurant Edenred.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *