Quel est le bénéfice des masques antipollution ?

 



Dans un contexte où la prévention face à la pollution de l’air ambiant représente un véritable enjeu de santé publique, la question de l’intérêt de recommander à la population le port d’équipements de protection individuelle est régulièrement posée. Dans ce cadre, l’Anses a évalué le bénéfice sanitaire potentiel du port d’un masque dit « antipollution ». L’expertise a révélé l’insuffisance de données disponibles attestant d’un bénéfice pour la santé. Afin de réduire les impacts sanitaires liés à la pollution de l’air ambiant, l’Agence rappelle l’importance d’agir en priorité à la source en limitant les émissions de polluants. En complément, elle recommande une meilleure information de la population, en particulier des personnes sensibles, sur les comportements à adopter pour limiter l’exposition quotidienne à la pollution de l’air.

La pollution de l’air ambiant représente aujourd’hui, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le principal risque environnemental pour la santé dans le monde. L’exposition à la pollution dans l’air est notamment responsable du développement de pathologies respiratoires et cardio-vasculaires. Dans ce contexte, l’Anses a étésaisie par les ministères en charge de la santé et du travail afin d’évaluer le bénéfice sanitaire potentiel du port d’un masque dit « antipollution », notamment pour :

  • la population générale et en particulier les personnes les plus sensibles à la pollution de l’air ;
  • certaines populations particulièrement exposées, par exemple des travailleurs intervenant sur la voie publique ou les personnes expatriées dans des zones du monde très polluées.

Des données insuffisantes pour attester d’un bénéfice sanitaire des masques dits « antipollution »

L’efficacité d’un masque dépend de sa conception, des performances du filtre dont il est équipé, et d’autres paramètres tels que son adaptation à la morphologie de l’utilisateur. Ainsi, si l’efficacité d’un masque testé en laboratoire peut s’avérer élevée, elle ne reflète pas pour autant l’efficacité en conditions réelles d’utilisation par la population en général. En effet, l’efficacité diminue du fait d’un mauvais ajustement au visage, du manque d’entretien du masque, de l’absence d’information et de formation de l’utilisateur, d’une activité physique intense, etc. Si ces écarts peuvent être plus ou moins maîtrisés en milieu professionnel grâce à la formation aux gestes d’hygiène et de sécurité, cette maîtrise n’est pas garantie pour le grand public.

Par ailleurs, la plupart des masques dits « antipollution » recensés sur le marché français sont conçus pour protéger des particules présentes dans l’air ambiant et ne protègent pas contre les substances présentes à l’état gazeux.

L’expertise conclut à l’insuffisance de données disponibles, notamment en conditions réelles d’utilisation, pour attester d’un bénéfice sanitaire lié au port de masques dits « antipollution » par le grand public.

En outre, le port d’un masque dit « antipollution » peut donner un faux sentiment de protection à son utilisateur et entrainer des comportements conduisant éventuellement à une surexposition aux polluants dans l’air.

Ainsi, l’Agence ne recommande pas aux pouvoirs publics d’encourager le port de tels dispositifs.

Limiter l’exposition à la pollution de l’air

L’Anses rappelle l’importance d’agir en priorité à la source, en limitant les émissions polluantes pour réduire les impacts sanitaires. De plus, elle préconise d’améliorer l’information de la population et des personnes sensibles sur les comportements à adopter afin de limiter l’exposition quotidienne.

L’Agence recommande également aux pouvoirs publics d’assurer une information spécifique sur les risques potentiels pour la santé auprès des voyageurs et des personnes expatriées dans certaines régions du monde où les niveaux de pollution de l’air ambiant sont particulièrement élevés.

Concernant les travailleurs exposés à la pollution de l’air ambiant, l’Agence recommande aux acteurs de la prévention, de se saisir de la problématique et de l’inclure dans leur démarche d’évaluation des risques. Elle préconise de développer des outils de sensibilisation et de prévention à destination des employeurs et d’initier une réflexion sur la faisabilité et la pertinence d’élaborer des valeurs limites d’exposition professionnelle spécifiques à la pollution de l’air ambiant.

D’autre part, les dispositifs revendiquant une action de protection respiratoire contre la pollution de l’air ambiant mais également de prévention ou de confort doivent répondre aux exigences de la réglementation des équipements de protection individuelle (EPI). Constatant certains écarts, l’Agence recommande d’améliorer la transparence sur les revendications d’efficacité des produits mis sur le marché afin de s’assurer que les dispositifs vendus soient conformes aux obligations requises et que les utilisateurs de ce type de protection soient dûment informés.

Source

Allergies et irritations cutanées en lien avec des vêtements ou des chaussures



voir aussi: