L’interdiction des frais de cartes de crédits nous coûtera cher

L'interdiction des frais de cartes de crédits nous coûtera cher

Qu’il s’agisse de frais de carte de crédit ou de frais supplémentaires pour les vols, les politiciens tentent de sévir contre les frais au nom de la protection des consommateurs.

En réalité, ils font tout le contraire.

Depiis le mois de janvier de cette année, les frais de carte de crédit sont interdits par une directive de l’Union européenne (UE). C’est du moins ce qu’on pouvait lire dans les journaux, mais la véritable histoire est un peu plus compliquée. L’UE a rendu illégal pour les détaillants de facturer des frais supplémentaires lorsque les clients achètent avec une carte de crédit ou de débit, tout en ne faisant rien pour empêcher les banques de facturer des frais aux vendeurs. Avant cette directive, les vendeurs ne faisaient que répercuter les frais bancaires sur le consommateur, mais ils sont maintenant coincés avec les factures. Une bonne nouvelle pour le consommateur ? Pas tout à fait.

Ceux qui font des achats en ligne (comme les billets d’avion) remarqueront que les entreprises facturent toujours des frais d’administration généraux, frais qu’elles sont autorisées à faire tant qu’ils ne sont pas directement associés au mode de paiement. Ils peuvent englober les frais de carte de crédit et de débit que les entreprises doivent payer aux banques, simplement, avec cette interdiction, tout le monde doit payer les frais, peu importe le mode de paiement choisi. Désormais, l’alternative est la suivante : soit cette option, soit l’inclusion générale des frais dans des prix plus élevés de biens et services. Ceux qui essayaient auparavant d’éviter les frais en utilisant les services de paiement associés à l’entreprise (par exemple quand une entreprise d’aviation a un accord avec une banque spécifique), ou ceux qui payaient en espèces dans le magasin, se verront globalement facturer davantage.

Personne n’y gagne à part les banques
Et pourtant, même ceux qui ont toujours payé par carte de crédit ne devraient pas croire trop vite qu’ils seront mieux lotis à chaque achat. Si la présente directive généralise le coût de chaque paiement, les cartes de crédit deviendront probablement l’option privilégiée, car elles offrent une meilleure protection des achats. L’utilisation accrue des cartes de crédit entraînerait également une hausse globale des prix et une répartition plus généralisée des coûts. En gros, personne n’y gagne à part les banques qui percevraient les frais.

Au niveau de l’aviation, des sénateurs américain essaient en ce moment d’interdire les coûts supplémentaires au moment de l’achat des tickets d’avion, puisqu’ils en seront donc exploiteurs. Mais est-ce vraiment un problème quand les entreprises demandent plus pour des services supplémentaires, comme des bagages, des boissons ou la wifi?

On pourrait penser aux frais de transport aérien de cette façon : ce ne sont pas des frais, ce sont des options de retrait. Lorsque l’on prend l’avion sur un vol de courte distance pour rendre visite à un ami pendant la fin de semaine, nous pourrions choisir de ne prendre qu’un bagage de cabine, pas de wifi, pas de repas ou de boissons sur le vol.

Au lieu de nous facturer des produits que nous n’avons pas demandés dès le départ, nous serions exempté de tous ces frais. En réalité, le fast-track (le check sécurité rapide) et les loges sont aussi des services pour lesquels les compagnies aériennes et les aéroports nous facturent des frais, et pourtant on ne s’opposerait jamais à payer pour un service supplémentaire comme celui-ci, n’est-ce pas ?

La raison pour laquelle ces sénateurs pourraient obtenir de l’appui pour tel projet de loi, c’est que certains croiront qu’il réduirait leurs coûts de transport alors qu’en fait, il est susceptible de faire exactement le contraire.

 

Devez-vous payer le crédit à la consommation pour votre ex?
Senior : emprunter après 60 ans, c’est possible ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *