Immobilier, où investir en banlieue parisienne pour habiter ou pour louer

Tagged , , ,

 

Immobilier où investir en banlieue parisienne pour habiter ou pour louer

 

Si vous êtes à la recherche d’un bon investissement immobilier sur la banlieue parisienne pour vous ou pour la location, ces conseils peuvent vous aider à faire un choix dans les banlieues où il est intéressant d’investir.

Au sud, c’est Le Kremlin-Bicêtre qu’il faut viser, même si la ligne n’ouvrira pas avant 2024. Ici, les artères les plus en vue sont les rues Danton, de la Convention, Jean-Monnet ou Anatole-France.

Sans oublier l’avenue de Fontainebleau, si les chambres donnent sur cour“, précise Lise Hé, de Guy Hoquet.

La facture n’excède pas 5.000 euros le mètre carré pour une petite surface, comme pour ce deux-pièces de 32 mètres carrés à rénover, rue Anatole-France, vendu 156.000 euros.

Soit 25 à 35% moins cher que dans l’Ouest huppé, comme à Suresnes, où un 37 mètres carrés mansardé, rue Pierre-Dupont, avec terrasse et parking, est parti à 300.000 euros (8.110 euros le mètre carré).

Les biens classiques sont à chercher au sud, autour de l’Institut Gustave-Roussy, au futur croisement des lignes 14 Sud et 15 Sud. Toute proche, côté Villejuif, cette maison des années 1930 de 125 mètres carrés, avec un jardin de 250 mètres carrés, a été cédée à seulement 460.000 euros. A Cachan, c’est sur le Coteau qu’il faut parier. “Le secteur devrait suivre la même pente que celui de la Grange-Ory, qui s’est apprécié de 15% en deux ans”, assure Guillaume Guichaoua, de Guy Hoquet. Exemple de prix, rue des Vignes : 720.000 euros pour une meulière rénovée de 120 mètres carrés, avec 300 mètres carrés de jardin.

Prudence avec le neuf, dont les tarifs s’emballent en Ile-de-France, alors même que le recentrage du Pinel devrait y faire affluer les investisseurs. On pourra viser Saint-Denis, qui profitera des Jeux olympiques 2024, mais dont la cote est stable, selon le site Trouver-un-logement-neuf.com. Tarif : 250.000 euros pour un deux-pièces, tel ce 46 mètres carrés au 1er étage d’un programme de la rue Marcel-Sembat. “Soit 90.000 euros de moins que pour la même surface, à Paris, rue de la Chapelle”, souligne Mathieu Mars, directeur associé de l’Institut du patrimoine. Pour une rentabilité proche, en tenant compte du loyer plafonné, de 3,6%.

Taxe sur les logements mal isolés : l'idée de Nicolas Hulot va coûter cher aux propriétaires
Les taxes locales explosent sur les résidences secondaires

voir aussi: