L’ISF, un impôt qui « coûtait de l’argent » à l’Etat ? Les exagérations d’Aurore Bergé

Faut-il revenir sur la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), remplacé en début de quinquennat par un impôt sur la fortune immobilière (IFI) ? Le sujet monte à mesure que se prolonge le mouvement des « gilets jaunes » et il embarrasse la majorité, qui doit défendre le remplacement de l’ISF par un impôt dont le rendement est bien moindre. Porte-parole des députés de la majorité, Aurore Bergé s’est livrée à l’exercice lundi 7 janvier, sur LCI.

Ce qu’elle a dit :

« L’ISF était un mauvais impôt, inutile à la France, voire même qui coûtait de l’argent à notre pays. Donc c’est pour cela qu’on l’a supprimé. »

Pourquoi c’est discutable ?

L’impôt de solidarité sur la fortune taxait le patrimoine (immobilier, mais aussi certains titres et actions), au-delà d’un certain montant. L’ISF rapportait environ cinq milliards d’euros par an, un chiffre non négligeable. Il était pourtant très critiqué pour être contre-productif, voire « coûtait de l’argent à notre pays », comme l’affirme Aurore Bergé. Le raisonnement des tenants de cette approche est le suivant : l’ISF aurait fait fuir de riches patrimoines, et donc priverait le pays d’investissements dans l’économie – et ce d’autant plus facilement que la France était le seul pays européen doté de ce type de fiscalité.

La thèse a été avancée à de nombreuses reprises, par exemple en 2016, par l’économiste Christian Saint-Etienne, proche des Républicains, notamment, qui parlait – sans expliciter sa méthodologie – d’un coût de 20 milliards d’euros. L’Institut Montaigne, pour sa part, groupe de réflexion classé droite libérale, avancent des chiffres de 60 à 300 milliards d’euros depuis la création de l’ISF, en 1982, soit 1,6 milliard à 8 milliards d’euros par an.

Une « fuite des riches » difficile à établir

Mais ces calculs sont basés sur plusieurs approximations : ils postulent que « l’exil fiscal » des plus aisés est directement lié à l’ISF, ce que rien ne permet d’affirmer, sauf à interroger sur leurs motivations ceux qui partent.

De même, comme le notait dans Le Monde l’économiste Thomas Piketty, spécialiste de la fiscalité des hauts revenus, les plus fortunés ont vu, entre 1980 et 2016, leur patrimoine moyen passer de quatre millions à vingt millions d’euros, une multiplication par cinq, là où la moyenne du patrimoine par adulte doublait (de 90 000 à 190 000 euros). « Autrement dit, les plus hauts patrimoines financiers ont progressé encore plus vite que les actifs immobiliers, alors que le contraire aurait dû se produire si l’hypothèse de fuite fiscale était vérifiée », conclut l’économiste.

De même, plusieurs acteurs craignaient, à l’inverse, que la suppression de l’ISF aboutisse à une baisse de certains investissements. En effet, plusieurs dispositifs fiscaux incitaient les foyers ainsi imposés à choisir l’investissement, notamment dans les petites et moyennes entreprises (PME), en échange d’une diminution de son montant. Des capitaux qui pourraient ne plus abonder ces entreprises à l’avenir.

Si l’impôt de solidarité sur la fortune est un impôt particulier à la France, et quasiment sans équivalent en Europe – même s’il existe des impositions du patrimoine aux Pays-Bas ou en Espagne – il est par contre difficile d’affirmer catégoriquement qu’il provoque des exils fiscaux tels que cela aboutisse à une perte de revenus pour les finances du pays.

(Mise à jour le 7/1 à 17h54 : ajout d’une précision sur l’existence d’autres formes de fiscalité du patrimoine proches de l’ISF en Europe)

Samuel Laurent

Réagissez ou consultez l’ensemble des commentaires

Source

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse qui peuvent les combiner avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Vous consentez à nos cookies si vous continuez à utiliser notre site Web.
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://www.banquegratuite.com

Cookies publicitaires Google

Nous utilisons des cookies pour faciliter la diffusion des annonces sur les sites Web de nos partenaires, tels que ceux diffusant des annonces Google ou membres d'un réseau publicitaire agréé par Google. Lorsqu'un utilisateur visite ce type de site, un cookie peut être placé dans son navigateur. Les fournisseurs tiers, y compris Google, utilisent des cookies pour diffuser des annonces en fonction des visites antérieures des internautes sur votre site Web ou sur d'autres pages. Grâce aux cookies publicitaires, Google et ses partenaires adaptent les annonces diffusées auprès de vos visiteurs en fonction de leur navigation sur vos sites et/ou d'autres sites Web. Cliquez ici pour savoir comment Google utilise les informations fournies par les cookies

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Si vous êtes un utilisateur ou une utilisatrice enregistré·e et que vous téléversez des images sur le site web, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les visiteurs de votre site web peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous avez un compte et que vous vous connectez sur ce site, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Durées de stockage de vos données

Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’enregistrent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur·ice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Transmission de vos données personnelles

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.

Save settings
Cookies settings