Lutte contre le Covid-19 : quelles sont les zones en alerte renforcée et en alerte maximale ?


pressmaster –

Chaises retournées sur le comptoir d'un bar fermé

Le ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé le mercredi 23 septembre 2020 la création de zones d’alerte renforcée et d’alerte maximale. En raison de la progression de l’épidémie, Paris et les départements de la petite couronne ont été placées en zone d’alerte maximale le 5 octobre 2020. Comment ces zones sont-elles définies ? Quelles mesures peuvent être prises selon ce zonage ? Fermeture des bars, interdiction de rassemblements, interdiction des fêtes locales ou des fêtes étudiantes, jauge ramenée à 1 000 personnes… Service-Public.fr vous explique.

Le territoire se découpe en plusieurs zones : les zones vertes, les zones rouges et les zones en état d’urgence sanitaire. Depuis le 18 septembre 2020 où il a été mis fin à l’état d’urgence sanitaire à Mayotte et en Guyane, il n’y a plus aucune partie du territoire placée à ce jour en état d’urgence sanitaire.

Les zones rouges, c’est-à-dire les zones de circulation active du virus, sont désormais découpées en 3 catégories :

  • zones d’alerte ;
  • zones d’alerte renforcée ;
  • zones d’alerte maximale.

Le décret du 10 juillet 2020 prévoit d’étendre les pouvoirs du préfet dans ces zones rouges
. Il peut prendre des mesures spécifiques sur son territoire pour lutter contre la propagation du virus, en concertation avec les élus locaux. Depuis la création des 3 niveaux d’alerte en zone rouge le 23 septembre 2020 , le site du Gouvernement
précise les restrictions qui peuvent être décidées.

Les zones d’alerte

Les zones d’alerte concernent les lieux où le taux d’incidence est de plus de 50 nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants sur une période de 7 jours mais avec une faible circulation chez les personnes âgées (moins de 50 cas pour 100 000 habitants) et sans, à ce stade, d’impact fort sur les services de réanimations.

Dans ces zones, la jauge des rassemblements festifs ou familiaux de personnes dans des établissements recevant du public (ERP), notamment dans les salles des fêtes et salles polyvalentes et sous des chapiteaux, tentes et structures est ramenée à 30 personnes.

Le préfet est habilité à prendre un certain nombre de mesures locales de nature à réduire la circulation du virus :

  • imposer le port du masque sur le territoire ou plusieurs communes, sur les marchés ou fêtes foraines, aux abords des établissements d’enseignement et crèches, des gares et arrêts de transports en commun, des établissements recevant du public et des commerces ;
  • interdire des rassemblements : rassemblements déclarés au cas par cas, raves party et tecknival, soirées étudiantes, événements culturels et festifs ;
  • limiter le nombre d’exposants d’un marché, d’une brocante ou d’un vide-grenier ;
  • fermer de manière anticipée les bars et les restaurants, retirer des autorisation d’ouverture tardive, interdire de vendre et consommer de l’alcool en soirée, fermer des buvettes dans les établissements sportifs, interdire les buvettes lors des rassemblements.

 
À savoir : Pour d’autres types de rassemblements comme les événements associatifs ou professionnels organisés dans une salle des fêtes par exemple, il convient de demander aux organisateurs de prévoir un protocole sanitaire strict : port du masque obligatoire, les personnes doivent être assises, en respectant une distance d’un siège entre deux personnes ou groupes de moins de 10 personnes, sans restauration, etc.

Les zones d’alerte renforcée

Les zones d’alerte renforcée concernent les lieux où le taux d’incidence est de plus de :

  • 150 cas pour 100 000 habitants sur une période de 7 jours ;
  • 50 cas pour 100 000 chez les personnes âgées sur une période de 7 jours.

Les lieux en zone d’alerte renforcée sont à ce jour : Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nice, Rennes, Rouen, Saint-Étienne et Toulouse.

À compter du 10 octobre 2020 : Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Montpellier, Nice, Rennes, Rouen et Toulouse.

Les restrictions sont les suivantes :

  • jauge des rassemblements fixée à 1 000 personnes ;
  • interdiction au cas par cas d’événements de moins de 1000 personnes dans des établissements recevant du public ;
  • interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public à l’exception des rassemblements à caractère professionnel, des services de transport de voyageurs, des établissements recevant du public, des cérémonies funéraires, des visites guidées organisées par des personnes titulaires d’une carte professionnelle et des marchés ;
  • fermeture des salles des fêtes et des salles polyvalentes pour toute activité festive et associative ;
  • fermeture des salles de sport et des gymnases (sauf activités des groupes scolaires, parascolaires ou de mineurs, sportifs professionnels et de haut niveau, formations continues, et activités de plein air) ;
  • fermeture anticipée des bars, au plus tard 22h ;
  • depuis le 5 octobre, les salles de classe ou amphithéâtres des universités ne peuvent être remplis qu’à 50 % de leur capacité au maximum.

Le préfet peut prendre des mesures complémentaires :

  • fermer des piscines en milieu clos, après concertation avec les élus locaux ;
  • interdire la musique amplifiée sur la voie publique et/ou dans les bars et restaurants ;
  • interdire les brocantes, vides-greniers et fêtes foraines ;
  • inciter au télétravail ;
  • renforcer les contrôles par l’inspection du travail ;
  • renforcer le protocole en EHPAD et les mesures d’hygiène et de protection des personnes âgées en EHPAD et à domicile ;
  • renforcer le cadencement des transports en commun aux heures de pointe.

Les zones d’alerte maximale

Les zones d’alerte maximale concernent les lieux où :

  • le taux d’incidence est de plus de :
    • 250 nouveaux cas pour 100 000 habitants sur une période de 7 jours ;
    • 100 nouveaux cas pour 100 000 habitants chez les personnes âgées sur une période de 7 jours ;
  • la part de de patients Covid-19 dans les services de réanimation atteint 30 %.

Les lieux placés en zone d’alerte maximale sont : Aix-Marseille et la Guadeloupe depuis le 23 septembre. Paris et les trois départements de la petite couronne
(Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) depuis le 5 octobre. Grenoble, Lille, Lyon, et Saint-Étienne à compter du 10 octobre 2020.

Les mesures prises en concertation entre le Préfet et les élus locaux sont les suivantes :

  • fermeture totale des bars ;
  • fermeture des établissements recevant du public sauf s’il existe déjà un protocole sanitaire strict. Les lieux culturels comme les théâtres, les cinémas et les musées ne sont donc pas concernés car des protocoles sanitaires ont déjà été mis en place. Les restaurants devront également respecter un protocole sanitaire strict, élaboré par le ministère des Solidarités et de la Santé.
  • inciter au maximum au télétravail pour l’ensemble des activités pour lesquelles c’est possible ;
  • depuis le 5 octobre, les salles de classe ou amphithéâtres des universités ne peuvent être remplis qu’à 50 % de leur capacité au maximum.

Le préfet peut prendre des mesures complémentaires :

  • interdire l’accès aux plages, lacs, plans d’eau et rivière ;
  • limiter l’utilisation des transports en commun aux heures de pointe ;
  • introduire des motifs impérieux pour aller vers d’autres DOM (Guadeloupe).

 
À savoir : Si la situation sanitaire se détériore dans ces zones, elles pourront être placées en état d’urgence sanitaire.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse qui peuvent les combiner avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Vous consentez à nos cookies si vous continuez à utiliser notre site Web.
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://www.banquegratuite.com

Cookies publicitaires Google

Nous utilisons des cookies pour faciliter la diffusion des annonces sur les sites Web de nos partenaires, tels que ceux diffusant des annonces Google ou membres d'un réseau publicitaire agréé par Google. Lorsqu'un utilisateur visite ce type de site, un cookie peut être placé dans son navigateur. Les fournisseurs tiers, y compris Google, utilisent des cookies pour diffuser des annonces en fonction des visites antérieures des internautes sur votre site Web ou sur d'autres pages. Grâce aux cookies publicitaires, Google et ses partenaires adaptent les annonces diffusées auprès de vos visiteurs en fonction de leur navigation sur vos sites et/ou d'autres sites Web. Cliquez ici pour savoir comment Google utilise les informations fournies par les cookies

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Si vous êtes un utilisateur ou une utilisatrice enregistré·e et que vous téléversez des images sur le site web, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les visiteurs de votre site web peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous avez un compte et que vous vous connectez sur ce site, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Durées de stockage de vos données

Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’enregistrent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur·ice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Transmission de vos données personnelles

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.

Save settings
Cookies settings