L’impôt sur la fortune immobilière, critiquée pour son manque d’efficacité économique, a rapporté 1,56 milliard en 2020

L’impôt sur la fortune immobilière, critiquée pour son manque d’efficacité économique, a rapporté 1,56 milliard en 2020

C’est l’une des grandes réformes fiscales du mandat présidentiel d’Emmanuel Macron. Et elle n’a toujours pas fini de faire polémique puisqu’au fur et à mesure que les exercices fiscaux se clôturent, il devient possible d’évaluer son efficacité. Sur le plan purement comptable, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), qui a remplacé en 2018 l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), a rapporté 1,56 milliard d’euros en 2020. En périmètre constant, c’est-à-dire sans prendre en compte les sommes dues lors des années précédentes par les contribuables, le montant est en hausse de 4,1%. En 2019, la récolte des agents de Bercy s’élevait ainsi à 1,49 milliard d’euros. Toutefois, si on ajoute les rattrapages liés au solde de l’ISF, l’année 2019 a été plus taxée, avec un prélèvement supérieur de 500 millions d’euros. A titre de comparaison, pour sa dernière année,en 2017, l’ISF avait permis à l’État de récolter 4,2 milliards d’euros.

3% de foyers en plus concernés

Selon la direction générale des Finances publiques (DGFiP), plus de 143.000 foyers ont adressé en 2020 une déclaration d’IFI, en progression de 3% sur un an. Cet impôt porte sur les patrimoines immobiliers d’une valeur totale imposable supérieure à 1,3 million d’euros (après déduction des dettes et d’un abattement de 30% sur la valeur de la résidence principale). Le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, dans un entretien accordé au quotidien La Croix, publié ce lundi matin, a souligné « la grande hétérogénéité des contribuables assujettis à l’IFI »: « un quart seulement a un patrimoine (immobilier) supérieur à 2,5 millions d’euros ».

Lire aussi « Nous avons fait des choses que la gauche n’avait jamais réussi à faire », Olivier Dussopt

« L’objectif de la réforme de la fiscalité du capital était d’avoir une fiscalité plus proche des standards internationaux et d’inciter à l’orientation de l’épargne vers des placements plus productifs. La réforme participe au fait que la France est devenue le pays le plus attractif de la zone euro. Elle contribue aussi à l’accélération du retour de contribuables français partis à l’étranger », a rappelé Olivier Dussopt.

L’IFI, une efficacité en question

L’IFI – et surtout le bilan de la suppression de l’ISF – pourrait bien être un sujet de la prochaine campagne présidentielle. Alors que le « quoi qu’il en coûte » défendu par le président Macron pour faire face à la crise sanitaire continue de creuser le déficit public, plusieurs économistes demandent un rétablissement de l’Impôt sur la fortune pour financer ces mesures budgétaires exceptionnelles. C’est notamment le cas de responsables politiques de gauche, de syndicalistes et de prix « Nobel » d’économie comme la Française Esther Duflo.

Selon eux, la théorie du ruissellement, selon laquelle un allégement de la pression fiscale des plus aisés permettrait de favoriser l’investissement et donc booster l’activité économique (consommation et investissement), ne fonctionne pas.

Enfin, selon le dernier rapport du Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital, publié en octobre 2020 sous l’égide de France Stratégie, l’efficacité de l’IFI reste à prouver. L’un des buts de cette réforme fiscale visait à faire baisser le montant des dividendes versés aux actionnaires afin de favoriser l’investissement des entreprises. Or, selon les auteurs du rapport, « la conjugaison de la transformation de l’ISF en IFI et de l’instauration du PFU aura bien conduit en 2018 à une forte augmentation des dividendes versés. »

La taxation des plus riches : un débat mondial

Ce débat intervient alors que les discussions sur la taxation des plus riches est devenu planétaire. Aux Etats-Unis, Joe Biden entend en effet taxer les plus riches (plus de 400.000 dollars de revenus par an) pour financer son plan d’investissement dans les infrastructures. Une initiative soutenue par le Fonds monétaire international qui, en avril dernier, a recommandé aux gouvernements ayant besoin de ressources supplémentaires pour continuer à aider les plus vulnérables pour sortir de la crise, d’augmenter les impôts sur les plus riches ou les entreprises ayant fait plus de bénéfices pendant la pandémie.

Outre le président américain et le FMI, plusieurs économistes font des propositions similaires. Spécialiste des inégalités, l’économiste Thomas Piketty plaide par exemple pour la mise en place d’un impôt mondial de 2% sur les fortunes supérieures à 10 millions d’euros, et ce à l’heure où les impôts sur le patrimoine en tant que tel – et non sur les revenus – ont quasiment disparu. Cette taxe rapporterait 1.000 milliards d’euros par an, avait-il précisé à l’AFP.

Adblock test

source

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse qui peuvent les combiner avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. Vous consentez à nos cookies si vous continuez à utiliser notre site Web.
Cookies settings
Accepter
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://www.banquegratuite.com

Cookies publicitaires Google

Nous utilisons des cookies pour faciliter la diffusion des annonces sur les sites Web de nos partenaires, tels que ceux diffusant des annonces Google ou membres d'un réseau publicitaire agréé par Google. Lorsqu'un utilisateur visite ce type de site, un cookie peut être placé dans son navigateur. Les fournisseurs tiers, y compris Google, utilisent des cookies pour diffuser des annonces en fonction des visites antérieures des internautes sur votre site Web ou sur d'autres pages. Grâce aux cookies publicitaires, Google et ses partenaires adaptent les annonces diffusées auprès de vos visiteurs en fonction de leur navigation sur vos sites et/ou d'autres sites Web. Cliquez ici pour savoir comment Google utilise les informations fournies par les cookies

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Si vous êtes un utilisateur ou une utilisatrice enregistré·e et que vous téléversez des images sur le site web, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les visiteurs de votre site web peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous avez un compte et que vous vous connectez sur ce site, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Durées de stockage de vos données

Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’enregistrent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur·ice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Transmission de vos données personnelles

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.

Save settings
Cookies settings